Accéder au contenu principal

Le Mag de 2Bill.fr : Google, Netflix et Facebook mis à contribution !

 Photo 2Bill.fr les géants du web payent des taxes

 



Un rapport de la FCC, le régulateur des télécoms américain, préconise la mise en place de taxes sur les revenus publicitaires des grandes entreprises technologiques et les fournisseurs de streaming.

Cette démarche aurait pour objectif de financer l'accès aux réseaux télécoms des zones rurales et des publics défavorisés.

Taxer les géants du web : une utopie ou un réel projet ?

La France dit oui !

“Les gouvernements français, espagnol et italien ont communiqué à la Commission européenne leur position, en faveur d'un texte législatif qui garantisse que tous les acteurs contribuent équitablement au coût des infrastructures télécoms.” Voilà l’extrait d’un article de l’Usine Digitale au sujet de la mise en place d’une taxe visant à équilibrer le marché de la publicité et des vidéos.

De plus en plus de pays s’accordent sur la création d’une taxe des Big Tech aux infrastructures télécoms. La France, l’Italie comme l’Espagne vont dans le même sens. Pour ces trois pays, il est important de mettre en place "une proposition de loi qui garantisse que tous les acteurs du marché contribuent aux coûts des infrastructures numériques".

Dans la continuité de ce projet, la France, l’Italie et l’Espagne ajoutent que l’ambition est de pouvoir traiter équitablement tous les utilisateurs, en s’appuyant évidemment sur les règles de neutralité du Net.

Les États-Unis approuvent également l’idée

Cette demande de contribution financière naît d’une ancienne volonté de la Fédération française des télécoms sans n’avoir jamais été réellement soutenue par les autres pays. Aujourd’hui, les opinions évoluent. En plus d’être officiellement portée par l’Italie et l’Espagne, cette proposition est appuyée par les États-Unis.

En effet, les citoyens américains désirent, eux aussi, voir les géants du web participer au bien commun de manière plus équitable. Lorsqu’on reprend les chiffres de l’Arcep qui estime que plus de 50% du trafic des principaux fournisseurs d’accès internet vient de Netflix, Google (avec Youtube), Akamai, Facebook et Amazon Prime Vidéo, on comprend davantage cette volonté de réajuster la rémunération des réseaux.

Le Mag de 2bill.fr vous partage l’avis de Brendan Carr et de l’ETNO

Derrière l’opinion des citoyens et des partis, on voit également de grands noms et associations s’exprimer sur le sujet.

"Il y a une reconnaissance croissante à l'échelle mondiale – en Europe, en Asie et en Amérique du Sud – que les Big Tech devraient contribuer à leur juste mesure aux infrastructures de réseaux et aux efforts de réduction de la fracture numérique, qui leur permettent d'engranger des revenus sans précédent" - Brendan Carr

"Les opérateurs télécom ne sont pas en position de négocier des accords commerciaux équitables concernant l'utilisation croissante de leurs réseaux par les principaux fournisseurs de vidéo en direct : leurs offres sont devenues indispensables aux consommateurs ; leur pouvoir de marché s'est profondément ancré ; et il n'y a aucun mécanisme de régulation pour apporter une concurrence plus loyale. Cette situation mine la capacité de nombreux opérateurs à dégager un retour sur investissement viable, et pourrait menacer les objectifs de la Commission européenne relatifs à la 'Décennie Numérique' - l’Etno ( European Telecommunications Network Operators’ Association).

Le Mag de 2bill.fr se questionne : pourquoi taxer les géants du web ?

Une idée de longue date

Le 2 décembre 2020, le gouvernement de Justin Trudeau se préparait à imposer des taxes aux géants du web. Les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) comme les plateformes de streaming telles que Netflix, Crave et Disney+ étaient dans le viseur de cette initiative. L’objectif de cette loi : rétablir l’équité.

Si depuis juillet 2019, la France impose une taxe de 3% du chiffre d'affaires réalisé par les GAFA (sur son territoire), les négociations de l'époque ayant eu lieu au sein de l’OCDE avaient échoué à l’échelle mondiale.

Le Canada suivi de la France et d’autres pays n’ont toutefois pas lâché l’affaire. Aujourd’hui, en août 2022, cette demande est plus actuelle que jamais.

Pour “changer la donne”

L’ambition derrière la contribution demandée aux géants du web est de rééquilibrer la balance. À ce jour, le Fonds pour le service universel dépense 9 milliards de dollars, chaque année, pour faire baisser la fracture numérique aux USA. Selon la FCC, ce mode de fonctionnement n’est plus viable au vu de l’évolution des revenus issus du secteur téléphonique.

Pour contrebalancer ce phénomène et rétablir une forme d'équité, le FCC propose de taxer les revenus publicitaires de Google, Netflix comme Facebook. De nombreux services de streaming seront également assujettis à cette contribution.

Une taxe oui, mais surtout un moyen de faire respecter la loi

Au-delà de l’aspect financier, on peut se demander si cette taxe n’est pas un moyen, pour les états, de reprendre la main sur les agissements des géants du web.

Jusqu’à présent, les réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter fonctionnaient avec leurs propres règles. De nombreux débordements et incohérences ont d’ailleurs été constatés.

Avec cette nouvelle taxe, l’idée sous-jacente est de rappeler à ces géants du web qu’ils se doivent de respecter les mêmes règles que les entreprises et citoyens du monde. Il s’agit visiblement de rappeler que “le GAFA” n’est pas une principauté autonome, mais bel et bien un espace virtuel assujetti aux mêmes règles commerciales du e-business que n'importe quel autre commerce en ligne ! Il ne peut se soustraire à l'obligation de contribuer à l'intérêt commun, au même titre que les autres acteurs du web.

Une chose est sûre, l’opinion générale est fortement favorable à la mise en place de cette contribution. On peut toutefois se questionner sur la répercussion de cette taxe, particulièrement sur l’impact qu’elle aura sur le portefeuille des utilisateurs.

Toute l’équipe rédactionnelle de 2bill.fr vous remercie pour votre lecture et vous souhaite une belle journée.

Crédit photo : Metaworks de @gettyimagespro - Contenus libre de droit Canvas

Posts les plus consultés de ce blog

2Bill.fr : Alerte aux faux conseillers bancaires

La rédaction de www.2bill.fr vous met en garde face aux fraudes par téléphone. De plus en plus de fraudeurs tentent de se faire passer pour des conseillers bancaires afin de vous soutirer des informations confidentielles. Ils vont tenter de vous faire réaliser des opérations sur votre compte. Cette technique de plus en plus répandue est nommée « ingénierie sociale ». Ils font appel à des mécanismes de défenses psychologiques pour obtenir des informations. Les fraudeurs se servent de la peur et de l'angoisse en se faisant passer pour le sauveur pour aboutir à leur fin. Un exemple bien connu de fraude est un supposé appel de votre banque. Une personne ayant réussi à récupérer vos informations confidentielles se présente comme un conseiller de votre banque ou comme le service fraude. Elle vous alerte qu’un achat suspect a été réalisé avec votre carte bancaire et vous rassure en vous disant qu’il est encore possible d’annuler l’opération. Vous voyez le mécanisme qui vous fait passer d

2Bill.fr : Les cartes Mastercard pour payer en crypto

  Le blog de www.2bill.fr aborde aujourd’hui le sujet des crypto-monnaies.  Beaucoup de nouveaux projets incluent désormais l’utilisation de crypto-monnaies et Mastercard est l’un des acteurs innovant dans l’inclusion de la technologie blockchain en travaillant avec des partenaires dédiés.  Bon nombre de nouveaux outils apparaissent de façon mensuelle et l’intégration est en cours sur les marchés financiers. 2bill.fr vous en dit plus. Le géant Mastercard s’est associé à des plateformes spécialisées en crypto-monnaie établies en Asie-Pacifique telles que Bitkub, Amber Group ou Coinjar pour la création de cartes de paiement en crypto-monnaie. Le but est de permettre aux détenteurs, où qu’ils soient situés sur la planète, de convertir des jetons de crypto-monnaie en argent traditionnel.   Mastercard lance cette expérience pilote au sein de son programme mondial de cartes crypto et les entreprises retenues pour participer au projet sont les premières de la zone géographique incluant Taïw

2Bill.fr : La carte crypto.com Visa

Le blog de www.2bill.fr vous renseigne sur la carte Crypto.com, une carte bancaire éditée par Visa. Outre le fait qu’elle est en métal, son autre grande particularité est de vous proposer des offres de cashback sur toutes vos transactions. De plus, elle est gratuite.  Cette carte rencontre donc de plus en plus de succès. Le principe est le suivant : vous transférez un montant sur votre espace personnel Crypto.com et ensuite, vous bénéficiez de 2% des sommes dépensées avec la carte. Le montant correspondant aux 2% est remboursé instantanément sur votre compte Crypto.com. Et cela fonctionne pour tout achat, dans n’importe quel pays et n’importe quelle devise. Les règles à suivre pour l’obtenir sont assez simples : pour la carte classique, il vous faudra faire un premier versement de 350 euros tout en sachant que cette somme sera bloquée pendant 6 mois.  Cette somme sera stockée en crypto-monnaie de Crypto.com (CRO), donc avec la possibilité de perdre ou de prendre de la valeur pendant

2Bill.fr : Lexique du vocabulaire à connaître pour la sécurité bancaire en ligne

Nous ne sommes pas tous des geeks ou des passionnés d'informatique. Pourtant, nous n’avons pas le choix que d’utiliser les nouvelles technologies pour effectuer des transactions bancaires que ce soit via des applications ou en ligne. La rédaction de www.2bill.fr vient à votre rescousse pour vous traduire les termes principaux à comprendre en matière de sécurité en ligne et de paiements. Lexique du vocabulaire de sécurité bancaire HTTPS , c’est l’acronyme de Hypertext Transfer Protocol Secure ou protocole de transfert hypertexte sécurisé. Le https positionné au début d’une URL atteste que le site internet est sécurisé. Le 3D secure , c’est le nouveau protocole de sécurisation des paiements en ligne par carte bancaire qui permet d’authentifier le titulaire du compte lors d’une transaction en le redirigeant vers le site internet de son établissement bancaire et en lui demandant de saisir une information qu’il va recevoir sur son téléphone. La double authentification , c’est un protoco

2Bill.fr : Les sujets importants du e-commerce de 2022

  Aujourd’hui l’équipe www.2bill.fr vous parle des pratiques à suivre dans le domaine du e-commerce pour maintenir votre site parmi les plus compétitifs. Sur 2022, répondre aux consommateurs de la meilleure manière nécessitera d’être capable de proposer une offre de services multiples sur différents canaux. Le contenu sera également mis à l’honneur. Tout d’abord, le choix de plusieurs solutions de paiement devient primordial. Proposer du paiement par carte bancaire reste le moyen de paiement incontournable mais les autres solutions de paiement en ligne sont de plus en plus plébiscitées. Amazon Pay, Stripe, Paypal et autres solutions alternatives se doivent d’être présentes sur les pages de paiement.  Le paiement en plusieurs fois est aussi fortement recommandé si vous vendez des articles aux montants élevés, cette facilité de paiement est de plus en plus appréciée par les ménages suite à la crise de Covid-19. Une autre recommandation est celle d’abandonner l’obligation de création de

2Bill.fr : Le montant maximum du paiement sans contact va-t-il être augmenté ?

L’édito du blog de www.2bill.fr vous parle aujourd’hui du montant du plafond du paiement sans contact et son évolution. Le paiement sans contact disponible sur la plupart des cartes bancaires est devenu très courant depuis le début de la pandémie de Covid-19. Le plafond était déjà passé de 30 à 50 euros en mai 2020. Aujourd’hui se pose la question de le passer à 100 euros, comme viennent de le faire les Anglais en l’augmentant à 100 livres sterling. Initialement, en France, le paiement sans contact a été limité à 20 euros. Il est ensuite passé à 30 euros en 2017.  Lorsque la pandémie de coronavirus a imposé les gestes barrières, le paiement sans contact est devenu la règle, dès qu’il était possible de s’en servir, et son montant a été revu à 50 euros pour faciliter les achats du quotidien pendant les périodes de confinement. Le nombre de paiements sans contact a augmenté de près de 40 % d’après le groupement des cartes bancaires.  Près de 50 % des paiements au total sont réalisés en

2Bill.fr : l'utilisation de la carte de crédit en Chine

La rédaction de www.2bill.fr vous partage son expérience pour régler vos achats lors de vos voyages en Chine. L'argent comptant est plus utilisé en Chine que les cartes de crédit, surtout dans les petites villes. Dans les grandes villes, les hôtels, les restaurants et les magasins de marques étrangères acceptent les cartes de crédit, il est donc utile d'avoir votre carte de crédit.  Les cartes Visa, MasterCard et American Express sont acceptées en Chine. L’utilisation de votre carte de crédit va entraîner des frais de change et des frais de transaction de la part de votre banque. Nous vous recommandons de n'utiliser votre carte de crédit que pour les plus grosses dépenses comme les hôtels, les billets d'avion et les souvenirs plus onéreux. Assurez-vous donc de disposer de suffisamment de cash pour les petits paiements. Pensez à informer votre banque que vous utiliserez votre carte en Chine. Sinon, vos transactions risquent d'être signalées comme suspectes et votre c

2Bill.fr : La carte de paiement pour les malvoyants

Le blog de www. 2bill.fr s'intéresse aux avancées technologiques des moyens de paiements. L’évolution de la technologie des cartes bancaires ne cessent de progresser depuis ces dernières années. Handsome, une néo-banque spécialisée dans les solutions bancaires pour les personnes en situation de handicap travaille au développement d’une carte bancaire pour les malvoyants. Mastercard a choisi d'accompagner cette start-up dans son développement. Le constat était le suivant: rien n’avait été pensé pour les malvoyants et 89 % d’entre eux ont malheureusement déjà été victime de fraude ou d’arnaque en réglant leurs achats. Certains commerçants peu scrupuleux changent le montant sans informer le client ou font croire que le paiement a échoué et demandent au client de retaper son code pour encaisser deux fois. Handsome a fait développé par Thales, la première carte bancaire qui parle. La carte est reliée au téléphone grâce à des antennes incrustées dans le plastique. Avec cette carte ba

2Bill.fr : 5 situations où le paiement en espèce peut être refusé par un commerçant

L’équipe éditoriale de www.2bill.fr vous parle aujourd’hui des différents cas où le paiement par cash, que ce soit en pièces ou en billets, peut être refusé en France.  En théorie, en France, c’est précisément le seul moyen de paiement qui ne peut pas être refusé dans un magasin.  Mais la crise liée à la Covid-19 et la mise en application des gestes barrières a quelque peu bouleversé les habitudes et certains commerçants se sont mis à refuser la monnaie comme moyen de paiement.  L’Etat et les services concernés ont même été contactés pour cela de nombreuses fois, au point qu’une préfecture, celle du département 29, a émis un rappel concernant le fait que les mesures prises pour lutter contre la pandémie n'incluent pas le refus de la monnaie. Ces mesures sont détaillées dans la loi du 23 mars 2020 relative à l’état d’urgence sanitaire et les ordonnances d’application. Cela pourrait même relever de la discrimination et être illégal, donc répréhensible. L’amende correspondante peut

2Bill.fr : Récapitulatif des plafonds de paiement sans contact en Europe

Bien que la vie semble vouloir reprendre doucement son cours, la crise du coronavirus aura changé nombre des habitudes des consommateurs en Europe et dans le monde entier. Notamment avec la pratique du paiement sans contact. L'équipe de www.2bill.fr a recensé pour vous la liste des plafonds autorisés dans les pays de l'UE selon le Centre Européen des Consommateurs France. Allemagne  : aucun code PIN pour les transactions de 50 € et moins. Toutefois, après 5 transactions ou un montant cumulé de 150 €, le code PIN est alors exigé. Autriche  : le plafond autorisé est de 50 €. Belgique  : aucun code PIN exigé pour les transactions de moins de 25 €. Bulgarie  : on y autorise les paiements sans contact jusqu'à plus ou moins 50€ (100 LEV). Chypre  : toute transaction de 50 € et moins peut être payée sans contact. Croatie  : le plafond du sans contact n'y excède pas les 13 € (100 HRK), plus ou moins. Danemark  : on peut payer ses achats grâce au sans contact jusqu'à hauteu